Holcim double sa capacité de production sur Fès

Publié le par Foire2Fès

C’EST officiel. La cimenterie d’Holcim-Fès va doubler sa capacité de production. Située dans la localité de Ras El Ma à une quinzaine de kilomètres de la ville, cette unité qui existe depuis 1993 est dotée d’une capacité de production dehttp://www.leconomiste.com/upload/article/10_101297.jpg 600.000 t. Le projet de son extension a été lancé hier. Il coûtera 1,44 milliard de DH d’investissement et nécessitera 18 mois de travaux intenses. De fait, la capacité nouvelle est prévue d’entrer en production au début de l’année 2012. Elle sera portée à 1,2 million de tonnes par an. Ceci afin de contribuer à l’augmentation de la capacité de production d’Holcim Maroc pour atteindre 4,6 millions de tonnes par an. A noter que chacune des unités de Settat et d’Oujda produit annuellement 1,7 million de tonnes de ciment.


 L’usine de Fès est réputée être l’une des plus dynamiques du groupe, du moins durant ces quatre dernières années. Sachant que la région Fès-Boulemane a enregistré un taux de croissance de ciment de 7,5% qui s’explique par le dynamisme et le nombre de projets liés à la mise à niveau de la région. Pour Dominique Drouet, président du directoire d’Holcim Maroc, «grâce à ce projet, la société anticipe la croissance de la demande en ciment de la région». Le but étant de doter la ville et sa région d’une autonomie durable en matière de ciment. Ceci, afin d’accompagner efficacement sa dynamique de croissance et l’essor de son secteur du BTP. «En doublant la capacité de cette usine, en modifiant la technologie employée et en installant un précalcinateur, la société va réduire les coûts de production pour qu’ils deviennent corrects», explique le management d’Holcim Maroc. Selon ce dernier, l’objectif est également de pérenniser le site et les emplois. Il faut noter que l’unité de Fès était relativement fragile parce qu’elle n’avait pas la taille critique qui lui permettait d’avoir de bons coûts de production. «Avec l’ajout d’un précalcinateur, on souhaite se mettre à la disposition des industriels de la région et des communautés urbaines pour pouvoir jouer notre rôle de «dépollueur»  et de traiter les déchets industriels et ménagers». Ce projet a une particularité puisqu’il comporte deux volets. Une partie industrielle et un composant environnemental. Tout cela est complété par une ceinture verte près de la cimenterie. Cet écosystème devrait contribuer à atténuer les effets des émissions du CO2 dans la ville. Pour le cimentier, il ne fait aucun doute, ce projet est aussi la vitrine de son engagement d’«investisseur socialement responsable». En effet, non seulement l’installation existante présente déjà les conditions requises en matière de protection de l’environnement et de sécurité des personnes et des équipements, mais  la conception des nouveaux équipements a intégré les dernières innovations ayant vu le jour dans le domaine de la protection de l’environnement, de la sécurité et du traitement des déchets. Ainsi, la réalisation de ce projet portera la capacité de valorisation actuelle des déchets de 8.000 à 24.000 tonnes grâce aux technologies de traitement des déchets mises en place. Celles-ci permettront d’apporter aux collectivités des solutions éprouvées dans un souci constant de respect de l’environnement. A ce titre, l’adhésion des responsables de la ville de Fès ainsi que des industriels est vivement sollicitée. D’autant plus que l’incinération des déchets industriels et ménagers (non humides) s’inscrit dans un véritable processus de développement durable. Les responsables d’Holcim soulignent, par ailleurs, que la gestion de l’environnement et de la sécurité est assurée par une équipe professionnelle. Cette dernière s’appuie sur des équipements de dépoussiérage et de protection de l’environnement, un appareillage de contrôle des émissions, des équipements de sécurité de l’installation électrique, et la certification ISO 9001 et 14001 de l’usine. La société fait également de la formation continue et de la sensibilisation des collaborateurs, des sous-traitants… son cheval de bataille.

Youness SAAD ALAMI

Commenter cet article