Les pèlerins tijanes en force

Publié le par Foire2Fès

LA médina de Fès ressemble désormais à un marché marocain, installé à Dakar ou Abidjan…En effet, depuis http://www.tidjaniya.com/voie-tidjaniya-imgs/ahmed-tijani-lieu-enterrement.pngquelques jours, les commerçants ont remarqué une forte affluence des touristes africains. Originaires du Sénégal, du Mali, de Guinée, Côte d’Ivoire, Mauritanie, Burkina-Fasso… ils se promènent en masse dans le triangle de Moulay Idriss, Karaouiyine, et Sidi Ahmed Tijani. Ici, ils font la Soulka et le Dikr (invocation) à la Tariqua Tijania. Tout simplement, ils sont en pèlerinage au sanctuaire du maître de la Tariqua qui rassemble près de 300 millions de musulmans rien qu’en Afrique.


«Bénéficiant d’un voyage à coût préférentiel, plus de 1.300 tijanes sont actuellement en conclave à Fès», indique Driss Faceh, président du Conseil régional du tourisme (CRT). Et d’ajouter : «ils sont ministres, hommes d’affaires et hauts responsables des villes africaines. Ils accomplissent leurs prières, habitent en médina et dépensent énormément d’argent». Au grand bonheur des hôteliers, la Ziyara Tijania fait grimper les chiffres en cette période de basse saison. Par ailleurs, le week-end dernier, plusieurs centaines de disciples de la Tariqa sont venus se recueillir au mausolée Sidi Ahmed Tijani qui a été entièrement rénové, il y a deux ans. Le Grand Cheikh Thierno Bâ de la ville religieuse du Sénégal Madina-Gounass, a également effectué le voyage à Fès, un voyage religieux qui représente pour lui un pèlerinage préalable, comme pour tous les pèlerins, avant de se rendre en pèlerinage aux lieux saints de La Mecque.
Le tourisme religieux commence enfin à porter ses fruits après un travail de longue haleine et un partenariat efficace entre le CRT de Fès et Royal Air Maroc Pôle Afrique et longs courriers. De fait, des packages sont proposés à des prix très attractifs (5.000 DH) à partir des villes africaines. Ils comprennent le logement pendant 4 nuits et le transport aérien. Ainsi, les semaines culturelles et gastronomiques du CRT et de RAM dans les pays africains (tijanes) ont été l’occasion de développer ces packages et ont permis de démocratiser le voyage en pèlerinage. Mais encore, cela a permis à Fès d’accroître son taux d’occupation en basse saison (mai-octobre). Pour ce dernier volet, les dernières statistiques du ministère de tutelle font état d’une baisse de 16% durant le mois d’avril par rapport au même mois de l’année précédente.


Depuis le début de l’année, les nuitées estimées dans les établissements d’hébergement touristique classés à Fès ont affiché un recul de 8% comparativement avec la même période de 2009. Quant au taux d’occupation des chambres en avril 2010, il a connu un recul de 12 points. Il s’est situé à 50%. De son côté, le taux d’occupation des chambres dans les établissements d’hébergement classés à Fès a atteint 37%, soit une baisse de 8 points par rapport à la même période de l’année précédente. Pour les responsables du département de tutelle, la baisse des nuitées constatée en avril (-16%) s’explique par les résultats négatifs enregistrés par les touristes résidents (-42%). Quant au nombre de nuitées des touristes non-résidents, il s’est stabilisé par rapport à avril 2009.
Enfin, concernant le cumul des nuitées sur la période janvier-avril 2010, la baisse enregistrée (-8%) est le fait du marché interne dont les nuitées ont baissé de 43%. Par ailleurs, les principaux marchés émetteurs ont enregistré des résultats positifs, notamment : la France (+6%), l’Allemagne (+10%), l’Espagne (+39%) et l’USA (+18%).
 De notre correspondant, Youness SAAD ALAM / Economiste

Commenter cet article