Fès se met au rythme du Jazz (9 au 11 octobre 2009)

Publié le par Foire2Fès

Le « Fès Jazz in Riad Festival », sixième du genre, se déroulera du 9 au 11 octobre prochain dans l’enceinte du musée Batha de cette ville. Organisée par la Fondation Esprit de Fès, cette manifestation regroupe de grands noms du Jazz, venant des deux rives de la Méditerranée. C’est une annonce faite aujourd’hui par la MAP.
La manifestation sera ouverte par le guitariste français David Reinhardt. Artiste hors pair, il possède un style et un jeu qui lui sont très spécifiques. Avec son propre trio, il s'est fait un nom dans le jazz. David ne sera toutefois pas le seul à monter sur scène lors de ce festival. Il sera suivi de Tangora, de Don Billiez, Kader Fahem et Rhoda Scott.

« Véritable concentré d'énergie », comme la décrit la MAP, Tangora viendra à Fès avec un style musical qui lui est propre : le « métis-jazz ». Il s’agit d’un mélange savamment dosé de jazz, de la biguine, de l'afro-cubain, de l'afro-jazz, accompagné de « messages d'espoir avec la féminité, la sensualité et la poésie » qui font sa personnalité artistique. Son dernier opus, « Confluences », en est une illustration parfaite.

Don Billiez, lui, est au saxophone ce que Maradona était au ballon rond : un as ! « Le grain rugueux et la sonorité suave de son instrument sont reconnaissables dès la première écoute par le lyrisme de ses mélodies et le stylisme du timbre qui s'en dégagent », décrit la MAP. Avec le Don Billiez Orchestra, le public de Fès appréciera ainsi des compositions aux influences baroques et lyriques, fusion afro-funk-latin jazz.

Kader Fahem est un guitariste compositeur de jazz-fusion flamenco « teinté d'Orient et de classique ». Il sera sur scène, pour la première fois avec une guitare électro-acoustique et entraînera les mélomanes fassis dans un tourbillon de sonorités notamment gitanes, orientales, manouches et gnawa.

Last but not least, Rhoda Scott, « la splendide » ! Elle animera le dernier concert de ce festival avec son groove exceptionnel, qui restera sans doute gravé dans la mémoire du public fassi. Elle a été récompensée, aux derniers « DjangodOr » - Trophées internationaux du jazz - du prix le plus prestigieux du jazz : le « DjangodOr Franck Hagège », du nom du fondateur.

Ce sixième numéro du Fès Jazz in Riad Festival intervient juste après que ce festival ait reçu le label « DjangodOr », « Ce label donne à notre festival une dimension plus internationale, d'autant plus que les DjangodOrs sont attribués aux meilleurs musiciens européens et, prochainement, africains », a déclaré à l'AFP Mohamed Azouzi, directeur-général du festival.

Tout le spirituel du jazz méditerranéen dans la capitale spirituelle du Maroc. Un rendez vous à ne vraiment pas rater !

Commenter cet article