Concert le mercredi 21 octobre a 19h a l’institut français de Fès

Publié le par Foire2Fès

Lo Griyo (le griot en créole) est un groupe réunionnais dont la musique de transe est une fusion où se retrouvent les musiques maloya, gnawa, salegy, le jazz, les musiques du brésil ou encore la musique électro. Sami Pageaux-Waro (kora, sanzas, chant) et Luc Joly (clarinette contralto, aux flûtes, mélodica, saxophones et double saxophone) s’allient au savoir-faire de Yann Costa qui échantillonne leurs sons en direct et les manipule pour leur donner une dimension électro.

A travers leur nom, ils se réclament des griots de la tradition ouest-africaine et de leurs homologues réunionnais (Gramoun Baba, Lo Rwa kaf, Gramoun Lélé, Firmin Viry entre autres) dont ils perpétuent la parole et s’approprient le message tout en renouvelant leur répertoire, donc leur identité et leur imaginaire. Lors du festival Sakifo 2007, le groupe a remporté la première édition du prix Alain Peters, qui récompense une valeur sûre ou un espoir de la musique de l’océan Indien.

L’Institut Français d’Agadir accueillera Lo Griyo en résidence pendant une semaine en compagnie de trois musiciens gadiris désormais fameux : Khalid El Berkaoui, Foulane Bouhssine, et Mehdi Nassouli.

Né en 1979 à Agadir, Foulane Bouhssine a rejoint le conservatoire Musical d’Agadir en 1996 où il a pu acquérir les principes fondamentaux de la musique. Jour après jour, son nom et sa musique commencent à se faire entendre dans le milieu musical de la région.

Membre fondateur du groupe Amarg Fusion, Foulane le Ribabiste, fétiche des Marocains, commence à envahir les scènes nationales avec son jeu hendrixien du Ribab et une remarquable présence sur scène. Actuellement il est membre fondateur du groupe Ribab Fusion et membre du groupe Mazagan. Il a multiplié les expériences et les collaborations avec plusieurs groupes et artistes de renommée mondiale : Bakbo, Karim Ziad, Hamid Alkasri, Amazigh Kateb, Abdelhadi Belkhayat, Amouri Mbraek, Abdelwahab Adoukali, Aklid, Fathi Salama….

Lauréat du conservatoire de musique d’Agadir, d’origine amazigh et passionné de rythme, Khalid El Berkaoui s’affiche désormais comme un personnage incontournable du monde de la percussion au Maroc. Khalid travaille depuis une dizaine d'années dans la recherche et le développement des percussions amazighes.

Cet intérêt pour la musique et surtout pour la percussion n’est pas le fruit du hasard, car Khalid a vécu depuis son plus jeune âge dans un environnement où la musique avait une place importante. Surtout la musique orientale. En 1998, il commence à jouer dans des mariages et des cabarets et à collectionner des instruments de percussion des quatre coins du monde. Il essaye à travers la création musicale de confronter la culture amazighe avec d’autres genres musicaux : oriental, andalou, jazz, ou encore musiques africaines.

Né en 1985, Mehdi Nassouli a commencé l’apprentissage de la musique à l’âge de 14 ans, attiré par les racines de sa famille, ancrées dans la culture gnawa. De Taroudant à Marrakech, en passant par Essaouira et Safi, en 10 ans Mehdi a réalisé un véritable voyage initiatique auprès de plusieurs mââlems, acquérant ainsi une solide connaissance de la musique gnawa, de la daqqa ou encore du malhûn.

Fort de cette expérience, il a collaboré avec de nombreux artistes de renommée mondiale, faisant valoir ses aptitudes au guembri, au chant et à la flûte : Philippe Garcia (batteur d’Eric Truffaz), Kamel Zekri et la Création Transdiwan, le groupe Enzo, Babko ou encore, plus récemment, le Benjamin Taubkin Quartet lors du festival Timitar 2009. Adepte des rencontres musicales qui repoussent les limites des genres et ouvrent l’esprit, détenteur d’une forte présence scénique, Mehdi Nassouli est un jeune musicien dont l’avenir est plein

Commenter cet article