Lutte contre le tabagisme, où en sommes-nous au Maroc ?

Publié le par Foire2Fès

Pour rappel, le programme '' collèges, lycées et entreprises sans tabac '' a été lancé http://www.nosecaps.fr/images/tabagisme.jpgofficiellement le 30 mai 2007 par son altesse royale la princesse LALLA SALMA, présidente de l'association LALLA SALMA de lutte contre le cancer (ALSC).

ce programme s'articule en effet sur deux axes principaux : La prévention primaire du tabagisme dans les milieux scolaires et professionnels, et le sevrage du tabagisme chez les jeunes collégiens et lycéens ainsi que dans les entreprises. Ces dernières ont du s'ériger en entreprises sans tabac dans le but d'appuyer leurs respect aux dispositions légales aux éléments de l'éthique de l'entreprise. Parmi les premières entreprises marocaines qui ont adhéré à ce programme et qui ont barré la route au tabac on cite : Maroc télécom, BMCE Bank, l'office chérifien des phosphates (OCP), l'office national de l'électricité (ONE), etc....

Pour réduire le taux des fumeurs parmi le personnel, ces entreprises ont mis en place des plans d'action afin de promouvoir un climat sein dans leurs entités. Elles ont donc défini, des stratégies et des recommandations pour prévenir le tabagisme, pour encourager les collaborateurs fumeurs dans leur démarche de sevrage, et surtout pour assurer la protection des non fumeurs contre l'exposition à la fumée de tabac.

Une étude réalisée par l'OCP a montré que 30% du personnel fument et dépensent en moyenne 407 DH par mois pour le tabac. 79% d'entre eux sont prêts à arrêter de fumer. Cependant, trois espaces fumeurs ont été aménagés au niveau du siège, dans des endroits ouverts et aérés, et ceci avec la participation de tous les départements de l'office.

Ainsi, le service de médecine préventive a accordé à ceux qui le désirent un accompagnement durant la période de sevrage.

'Nous souhaiterons voir d'autres avancées se réaliser pour toutes les autres entreprises à travers le territoire national, ainsi on arrivera à « au moins » minimiser les dangers qu'ils pourraient y avoir', à déclaré un membre de l'ALSC.

Nul ne nie que le Maroc, et grâce aux pouvoirs publics, au ministère de santé, et aux députés, a fourni de grands efforts pour bannir le tabagisme. Mais en vain, la proposition d'une loi relative à l'interdiction de la consommation du tabac dans les lieux publics, ainsi que la vente aux mineurs n'est pas suffisante. Il est vrai qu'il y a eu une certaine réflexion par rapport à ce texte qui vient pour compléter la loi 15-91 en vigueur, et il est vrai aussi que le ministère de tutelle a salué cette initiative qui vise la protection des citoyens et particulièrement les jeunes et les mineurs. Mais nous espérons toujours une vraie campagne de sensibilisation quant aux dangers de ce fléau, et surtout une continuité du programme initié par la princesse LALLA SALMA, pour arriver à expatrier le tabac dans toutes les entreprises marocaines.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article