Fès-Tourisme: Bilan d’étape du plan de développement

Publié le par Foire2Fès

· La commercialisation de la zone Oued Fès est lancée

· De nouvelles unités hôtelières en cours de réalisation


PRES de 5 ans après son lancement, le Programme de développement régional touristique (PDRT) se concrétise. Que ce soit au niveau de l’offre en hébergement, l’animation, la promotion, et le transport aérien, la ville a fait de grands pas. 
D’emblée, l’on sait que grâce aux 120 rotations aériennes hebdomadaires, et aux actions promotionnelles menées par le Conseil régional du tourisme (CRT) et l’ONMT, la destination a enregistré durant les trois premiers mois de 2010 une hausse de 27% des nuitées concernant les touristes non-résidents. Du côté des touristes marocains (résidents), l’on constate sur la même période, une baisse de 49% par rapport à 2009. «Ceci n’est pas vraiment une baisse puisque les statistiques se réfèrent à une année où le séjour royal était salutaire», explique un hôtelier. 
Pour ce qui est des chantiers du PDRT, ils sont tous en phase de réalisation. A commencer par celui de la zone touristique Oued Fès. Confié à MedZ, la filiale de CDG Développement, l’aménagement de cette zone a pris, quand même, un retard d’une année si on se réfère au cahier des charges du PDRT. Ce retard est dû particulièrement aux contraintes du site, notamment la ligne haute tension qui le traverse et les stagnations des eaux en période de pluies, avoue un responsable de Medz. Et de poursuivre: «le plan a été revu dans l’esprit de doter cette zone de plus d’espaces verts surtout du côté voisin au Palais royal de Fès». Dans le détail, trois grands hôtels seront réalisés à Oued Fès, à savoir l’hôtel Club, l’hôtel du golf et l’hôtel Ryad. En plus de l’impact touristique, le projet aura également des retombées économiques et sociales à travers les chantiers des hôtels et des complexes résidentiels en construction. Nécessitant une enveloppe de 682 millions de DH, entre l’aménagement et la construction du golf, le projet devrait drainer un investissement estimé à près de 3 milliards de DH pour la construction des hôtels et des complexes résidentiels. «La phase de commercialisation est lancée…nous voulons choisir des groupes internationaux qui seront capables de doter ce site unique d’une hôtellerie de haute gamme. Le golf urbain sera gazonné et planté dans quelques semaines», déclare à L’Economiste, Mohamed Ali Ghannam, qui présidait jusqu’à tout récemment aux destinées de la filiale de CDG Développement. 
Outre Oued Fès, de nouvelles unités hôtelières sont en cours de construction. Ils devront doter la ville d’une capacité additionnelle avoisinant les 1.000 chambres. L’investissement global prévu est estimé à plus de 600 millions de DH. En effet, la filiale de la RAM, la chaîne Atlas Hospitality Morocco (AHM), dépensera pas moins de 150 millions de DH pour la construction de son Atlas Hospitality Spa. Cet hôtel 5 étoiles sera fin prêt dans quelques mois. Il offrira 149 chambres et suites dont 80% avec vue sur la médina. Sont aussi prévus plusieurs points de restauration. Sans oublier un spa oriental labellisé Daniel Jouvance avec plus de 1.000m².
Par ailleurs, un hôtel Barceló les Almohades Fès est également en cours de réalisation. Il s’agit d’un 4 étoiles que prévoit la Somed sur la place de la Résistance. L’inauguration de l’établissement est prévue en mai 2011. C’est la chaîne espagnole Barceló qui sera chargée de sa gestion. Représentant un investissement de 100 millions de DH, la future unité hôtelière sera construite sur un emplacement dit «stratégique». Situé en plein centre-ville, sur l’avenue Hassan II, devant la place de la Résistance, cet hôtel jouit d’un double avantage: celui de faire partie à la fois de la ville contemporaine et de surplomber la médina. Pour ses promoteurs, le premier hôtel Barceló à Fès aura une capacité de 130 chambres et comprendra notamment un restaurant de 150 couverts, une cafétéria, une piscine extérieure...
L’autre projet d’envergure est celui du groupe portugais Pagès, lequel entend réaliser un quatre étoiles de 100 chambres sur le boulevard Chefchaouni. Le terrain est déjà acquis par le groupe. Le démarrage des travaux est prévu incessamment. 
S’agissant de la zone touristique d’Ouislane, un opérateur international avait présenté un projet d’investissement dans l’hôtellerie concernant une assiette foncière de plus de 70 ha. Seul bémol, l’investisseur visait plus la promotion immobilière que le tourisme. «Finalement, il a revu sa copie et je crois que le nouveau plan pour l’aménagement de 30 ha seulement est le bon», confie un haut responsable du comité de pilotage du PDRT. Du côté de la médina, le développement des capacités d’hébergement se fait notamment grâce aux maisons d’hôtes. Notons que les promoteurs s’intéressent désormais aux grands palais comme Dar Ba-Mohamed et Al-Mokri. Sauf que pour ces maisons à grande charge historique, le ministère des Habous est toujours «réticent».



Tripler les nuitées


L’objectif qui a été retenu pour la vision du PDRT repose sur la richesse culturelle: «Musée millénaire vivant, destination authentique de rencontres culturelles et spirituelles». Pour ce qui est de l’axe différenciateur, la médina devrait séduire. Classée patrimoine universel, cette dernière est le seul endroit au monde qui vit encore selon un art et un mode de vie ancestraux. Grâce à cet atout, la destination Fès devra tripler le nombre des nuitées d’ici dix ans. /l'economiste.com

Commenter cet article