Des stars mondiales au sixième Fes Jazz in Riad

Publié le par Foire2Fès

 
 · Des concerts de David Reinhardt, Tangora, Don Billiez et Rhoda Scott

· L’édition 2011 accueillera les célèbres DjangodOr Afrique
 

LA Fondation Esprit de Fès organise, au Musée Batha de Fès, du 9 au 11 octobre, la 6e édition du Fes Jazz in Riad Fes Jazz in RiadFestival. «Nous allons bénéficier cette année de la labellisation DjangodOr. Ces trophées internationaux du jazz sont attribués aux meilleurs musiciens européens et prochainement africains. Dès 2010, les premiers DjangodOr Afrique auront lieu à Ouagadougou au Burkina Faso, et Fès s’apprête à accueillir en 2011 ces célébrissimes DjangodOr Afrique», se félicitent les organisateurs.
C’est David Reinhardt, le fils de feu Babik Reinhardt, immense guitariste et petit-fils de Django Reinhardt, qui ouvrira le festival. Il a déjà fait l’objet d’une nomination aux DjangodOr 2008. Guitariste hors pair, il possède un style et un jeu qui lui sont très spécifiques. Avec son propre trio, il s’est fait un prénom dans le jazz.
Suivra Tangora, véritable concentré d’énergie, qui persiste et signe dans ce style qui lui est propre: le «métis-jazz», avec son nouvel album «Confluences». Aux «confluences» du jazz, de la biguine, de l’afro-cubain, de l’afro-jazz, elle délivre ses messages d’espoir avec la féminité, la sensualité et la poésie qui la caractérisent. Don Billiez donnera aussi un concert le samedi 10 octobre à 20h30. C’est un saxophoniste dont l’amplitude, le grain rugueux et la sonorité suave sont reconnaissables dès la première écoute par le lyrisme de ses mélodies et le style du timbre qui s’en dégagent. Avec une puissante formation, le Don Billiez Orchestra joue des compositions aux influences baroques et lyriques, fusion afro-funk-latin jazz.
Dès le lendemain dimanche 11 octobre, les festivaliers auront droit à du jazz-flamenco, avec «Kader Fahem Hispanica Jazz Trio», guitariste compositeur de jazz-fusion flamenco teinté d’Orient et de classique. Virtuose, mélodiste et harmoniste de talent, doté d’une dextérité peu commune, il est souvent cité comme l’héritier de Paco de Lucia. Kader Fahem choisit Fès pour lancer en exclusivité mondiale son nouveau projet: «Hispanica Jazz Trio». Il se produit pour la première fois avec une guitare électro-acoustique pour amplifier son jeu, où il fusionne des sonorités gitanes, orientales, manouches, jazz, bossa, gnawa, rock...
En cours de soirée et pour clôturer le festival, c’est Rhoda Scott, organiste aux pieds nus, au groove exceptionnel, qui se produira. Juste le temps de mettre le feu à la salle comme pour « Laisser brûler, encore et toujours, le jazz…». Elle a obtenu aux derniers DjangodOr le prix le plus prestigieux du jazz «Le DjangodOr Franck Hagège» (du nom du fondateur voici 18 ans) qui couronne toute une carrière consacrée au jazz.

Nadia BELKHAYAT
     l'economiste

Commenter cet article